6 mars 2017 Share

Actualités du 06 mars 2017

LE MAG INFOS

Décès de Porfirio Diaz Corvalan, figure bisontine (1’39)

Ancien réfugié politique chilien arrivé en France au coup d’état de Pinochet en 1973. Citoyen engagé auteur de poèmes et de chansons. Il a brillamment participé à l’aventure de Radio BIP. Une cérémonie, ouverte à tous, ce jeudi 8 mars à 9h15 à la salle de l’Etoile Sportive de St Ferjeux, où il sera enterré selon son souhait. De très affectueuses pensées à sa famille de la part de toute l’équipe de Radio BIP.

6 familles sans abri devant le Kursaal (2’15)

Samedi dernier : 6 familles sans abri devant le Kursaal à Besançon pendant une bourse au livre du secours populaire. Suite à la situation de ces familles et au mauvais temps  le collectif « Sol-Mi-Ré » a souhaité mettre temporairement les familles à l’abri, avec l’accord du responsable du Secours Populaire à l’intérieur de la salle Proudhon. Malgré son accord, l’administration du Kursaal n’a pas donne suite à cette demande, et bloqué l’accès.La Bourse aux livres a été tout simplement annulée. Ce sont des familles qui ont fait une demande pour obtenir le statut de réfugié – ils ne sont pas déboutées d’asile, mais  n’ont pas de logement pour l’instant. Les services d’urgence n’ont  pas de solution. D’après le collectif « Sol-Mi-Ré » la préfecture et les services de la ville se renvoient la balle. Des représentants des services sociaux de la Mairie, sont passés parler avec le collectif, mais aucune solution n’a été trouvée. Plus tard dans la soirée, en représentation au Kursaal, avec Frédéric Froment et Alex Vizorek ; Guillaume Meurice, chroniqueur à France Infos a été mis au courant de la situation et annonce qu’il ne tiendra pas son spectacle si la police empêche les familles de s’abriter pendant son show. Après des discutions avec un représentant de la Mairie et la direction du Kursaal, la production a proposé que le collectif puisse lire un texte au début du spectacle. Deux familles ont trouvé refuge chez des particuliers qui ont entendu l’appel du collectif.

LA REVUE DE PRESSE 

Fillon sur France 2 : « Allez vous retirer votre candidature ? – C’est non » (6’56)

Après le Trocadéro, François Fillon s’accroche, mais les tractations se poursuivent. Sous pression intense de son camp, qui tente de négocier sa sortie de la course à l’Élysée au profit d’Alain Juppé, François Fillon a livré dimanche un discours mêlé de mea culpa et d’avertissements à la droite. Et puis contre-manifestation contre la « corruption », parallèlement au rassemblement de soutien à François Fillon au Trocadéro. Plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées dimanche, au son des casseroles.

Alain Juppé ne sera pas le « plan B » des Républicains (7’32)

« Je ne suis pas en mesure de réaliser le nécessaire rassemblement autour d’un projet fédérateur », déclare le maire de Bordeaux et candidat malheureux à la primaire de la droite.

Emmanuel Macron embarrassé par ses millions (7’46)

Faute de subventions publiques, Emmanuel Macron a besoin de dons pour financer sa campagne, collectés via Internet mais aussi lors d’événements privés. Chez ses adversaires, le lien de l’ancien banquier avec l’argent et les milieux d’affaires interroge, tout comme son patrimoine. Ils le dépeignent en candidat du « capitalisme financier ». Son entourage s’offusque mais vu son parcours, il ne peut qu’assumer.

Tapie, ruiné ? Pas vraiment ! Selon Mediapart (8’15)

« Je suis ruiné. Rui-né. Ruiné de chez ruiné », avait déclaré Bernard Tapie après avoir été condamné à restituer les 404 millions d’euros de l’arbitrage frauduleux. Ces lamentations étaient exagérées. L’ex-homme d’affaires a perçu, au moins depuis 2011, un salaire de 20 000 euros par mois, ramené à 5 000 euros en 2016, sommes prélevées par le biais de son groupe sur les indemnités de l’arbitrage !

Un policier d’Aulnay-sous-Bois dénonce les dérives de ses collègues (8’46)

Mediapart publie le témoignage exclusif d’un policier du commissariat d’Aulnay-sous-Bois. Selon lui, certains de ses collègues étaient habitués aux dérapages qui ont conduit à « l’affaire Théo ». Notamment les quatre agents mis en examen pour les violences et le viol subis par le jeune homme. Des anciens leur avaient recommandé à plusieurs reprises « d’y aller moins fort ».

Lafarge lorgne sur le marché du mur anti-migrants de Trump (9’12)

D’un scandale éthique à l’autre ? La direction de Lafarge-Holcim, l’entreprise franco-suisse de ciment,  a officiellement reconnu avoir contribué au financement de groupes armés en Syrie, alors que l’entreprise s’efforçait de maintenir en opération sa cimenterie dans le pays. Le même jour, la presse suisse annonçait que l’entreprise s’était déjà positionnée pour obtenir le juteux marché de la construction du mur anti-migrants voulu par Trump, à la frontière entre États-Unis et Mexique. Ultime précision de la direction :  Il ne s’agit qu’une démarche de routine et que si la firme obtenait finalement le marché, elle ne construirait pas le mur elle-même, mais ne ferait que fournir le ciment au constructeur. C’est beau les opportunité commerciales !

Sources : Reuters, Mediapart, Libé, Basta

L’AGENDA CULTUREL

Guillaume Meurice avec Frédéric Froment et Alex Vizorek (10’38)

Salle comble au Kursaal pour les impertinents de France Infos. Emma Audrey les a rencontrés.

Cinéma : Cycle Science-Fiction #2 (22’05)

Ce soir, lundi 6 Mars : « La Jetée » de Chris Marker à 18h30 suivi de « 2001, L’odyssée De L’espace » de Stanley Kubrick à 19h00. 5€, organisée par Les 2 Scènes, au Kursaal (1, Place Du Théâtre)

Théâtre : « Nous partons pour ne plus vous donner de soucis » (22’27)

Crise grecque ; déconstruction humoristique. Quatre retraitées grecques sont retrouvées mortes. À côté de leurs cartes d’identité, elles ont laissé un mot : « Nous avons compris que nous sommes un poids pour l’État, pour les médecins, pour les pharmacies et pour toute la société. Nous partons pour ne plus vous donner de soucis. Vous allez faire des économies sur nos quatre retraites et vous vivrez mieux. » Spectacle en italien surtitré en français de Daria Deflorian & Antonio Tagliarini. Organisé par le CDN (avenue Edouard Droz – Esplanade Jean-Luc Lagarce). Mardi 7 à 20h00, Mercredi 8 à 20h00 et Jeudi 9 à 19h00.

Spectacle : Le Poète Aveugle (23’10)

Entre récit, danse, images saisissantes et rock progressif live, Jan Lauwers s’attaque aux mensonges d’une Histoire écrite par les vainqueurs. Des hommes, faut-il le préciser ? Sept comédiens – au jeu très physique – dressent leur portrait en commençant tous par la même formule : « Je suis… ». Ils parlent d’eux, de leurs ancêtres. Et quand on gratte l’écorce de son arbre généalogique, il n’y a pas toujours de quoi être fier. Il est question du rapport entre Occident et Orient, et de la place des femmes. Mardi 7 à 20h00 et Mercredi 8 à 19h00 au Théâtre Ledoux (49, Rue Megevand).