Communiqué: agression d’un reporter de Radio BIP/ Média 25
19 juillet 2021
Rédaction Radio BIP (294 articles)
Share

Communiqué: agression d’un reporter de Radio BIP/ Média 25

Samedi 17 Juillet, lors de la manifestation contre le « pass sanitaire » à Besançon, Toufik-De-Planoise, reporter de terrain et photographe de Radio BIP / Média 25 a été agressé en fin de manifestation par un homme.

La rédaction condamne fermement cette nouvelle agression de l’un de nos reporters de terrain. Cette agression est d’autant plus inquiétante qu’il s’agirait d’un individu qui est membre d’un groupuscule d’extrême droite identitaire, qui a déjà menacé notre collègue dans le passé.

Nous souhaitons alerter l’ensemble de la profession sur cette agression, qui n’a rien d’anodin, même si cela n’a pas eu des conséquences médicales graves pour la victime. La montée de l’extrême droite dans notre pays, directement liée à la libération de la parole haineuse et raciste, distillée à longueur de la journée par des multirécidivistes qui ont pignon sur rue dans certains médias, crée un climat propice pour ce genre d’acte abject. La multiplication des agressions à caractère raciste, dont la dernière en date se passait à Besançon, au mois de février de cette année, ou un entrepreneur était sauvagement tabassé par un néo-nazi de la région, n’est que la conséquence de ce climat

Notre collègue, Toufik-De-Planoise, déjà ciblé par des néo-nazis pour son travail d’information et d’enquête sur les réseaux d’extrême droite, a porté plainte ce matin (19 Juillet 2021) au commissariat de police de Besançon.

Voici son témoignage:

« Présent depuis la convergence à 14h00, un groupe d’une demi-douzaine de néonazis s’est immiscé au sein des manifestants. Quelques vieux briscards ont rapidement été reconnus, notamment Sébastien F. dit Sanglier, figure ultranationaliste condamnée à de multiples reprises pour des faits de violences, et Olivier L., leader régional de « Terre et Peuple. » Ces formations fascistes tentent de profiter de l’effet de nombre pour œuvrer incognito.
Celle-ci s’est constituée sous le nom de « Vandals Besak » (VDL BSK), engagée ces derniers mois dans divers commandos comme à Dijon le 31 janvier 2021. Ce samedi, ils ont d’ailleurs pavoisé le centre-ville d’autocollants à leurs couleurs. 16h00, rue de la Préfecture.

Alors que le cortège est bloqué et que des échauffourées se produisent, les forces de l’ordre repoussent les protestataires au gaz lacrymogène. Panique, chaos, et sauve qui peu. Au niveau du numéro 22 dans un porche situé en face de la Banque de France, c’est l’effervescence.

Je tente de m’y engouffrer, et reconnais formellement Olivier L. à l’entrée. Il prend son élan, et me frappe d’un crochet du droit en plein visage. Sans dégâts. Il s’esclaffe : « Toufik, journalope, je te le promets, on finira par t’avoir. » Alors qu’il s’échappe et que je le suis, un peu plus loin c’est Sébastien F,. entouré de deux individus, qui s’interpose et me bouscule.

Olivier L. persiste, au loin : « ça sera chaque semaine comme ça, on te crèvera gauchiste. » À noter que Olivier L. est coutumier du fait, puisque l’ayant croisé lors d’une mobilisation le 19 janvier 2019 place de la Révolution il m’avait lancé « je t’enverrais au fond du Doubs. » Au moment où je le découvre, il est en train de prendre à partie deux personnes.

Je compte déposer plainte pour violences volontaires aggravées par la réunion et menaces de mort. »

Vidéo de l’agression

video
Rédaction Radio BIP

Rédaction Radio BIP