22 mai 2016 Share

Nuit Debout #6 défend les Vaîtes

Samedi 21 mai, Nuit Debout s’est déplacé dans le quartier des Vaîtes. C’était une décision prise lors de la derniere Nuit Debout. Une décision motivée par la nature de ce lieu devenu mythique, suite au combat de l’association « Les Vaîtes ».

Retour en 2005. Une décision de la mairie est prise pour la création de 2000 logements dans ce quartier. C’est à ce moment précis que l’association « Les Vaîtes » s’est créée pour défendre l’espace vert de ce quartier. Plus précisément, le 30 juin 2005, lorsque 100 personnes viennent à la première réunion constitutive de l’association « Les Vaîtes ».

Depuis, beaucoup d’échanges avec la Mairie, beaucoup de colère, et pas mal d’actions de la part de l’association. L’action dont on se souvient le plus, c’était « Les Vaîtes voient rouge » où une partie des habitants du quartier avait mis à leur fenêtres et balcons des draps rouges.

Qu’en est-t-il aujourd’hui ? Des fouilles archéologiques ont été entreprises sur ces terrains en 2015, avec pas mal de succès, car des vestiges gallo-romains ont été découverts. Sinon, pour la négociation du mètre carré… Toujours au point mort, d’après l’association qui exprime sa colère sur son site internet: « Nombre d’habitants seraient déplacés de gré ou de force avec une indemnisation de 3.81€/m2 qui est passée à 8.05€/m2 (alors que le prix des terrains à Besançon est de 200 à 300 €/m2)… ».

Cependant, l’association se félicite car « les promoteurs se désintéressent de ce projet inadapté depuis son origine et désormais devenu inutile avec les autres projets de constructions sur Besançon qui se feront à des prix de revient moindres et dans des conditions plus simples ! Inutile également avec l’attrait que constitue aujourd’hui, Dijon, la nouvelle capitale régionale, au détriment de Besançon. »

Arret tram SchweitzerC’est dans ce cadre que Nuit Debout s’est intéressé à cet espace, avec la volonté de le protéger et de le faire évoluer. C’était aussi une façon d’exprimer leur volonté d’un monde plus proche des valeurs de la terre et de la nature.
Il fallait descendre du tram arrêt Schweitzer et suivre les affiches. A quelques mètres à peine, en pleine nature, une équipe d’environ 50 personnes avait déjà organisé le terrain en plusieurs parties: une partie pour la cuisine, une partie pour les débats, dans un autre coin on pouvait trouver la « Bibliothèque Debout » – projet qui a vu le jour il y a deux semaines – plus loin une « aire de jeux » improvisée pour les enfants et bien entendu, le « Jardin Debout ».

Ils ont été surpris de voir apparaître, un jour avant l’organisation de la Nuit Debout, de gros blocs de pierres d’environ 2m/2m qui avaientt comme but, apparemment, de bloquer l’accès aux véhicules à la zone verte. D’après eux, c’était un geste de la ville pour empêcher la tenue de cet événement.

Vers 20h, environ 300 personnes étaient présentes sur les lieux. Une grosse partie de ces personnes s’était réunies dans le coin débats ou des représentants de la Confédération Paysanne expliquait leur rôle, l’historique et leur actions. Petit à petit plusieurs personnes et associations se sont relayées au micro – car oui, ils avaient même réussi à avoir l’électricité – pour exprimer des points de vue sur des sujets divers (ogm, bio-diversité, logements, urbanisme, agriculture, etc .. )

Dans un autre coin, la cuisine battait son record d’affluence. Une petite équipe avait oeuvré depuis le matin pour faire à manger, une réussite ! Tout le monde avait accès à de la nourriture gratuite.

Une « Bibliotheque Debout » était présente à nouveau sur les lieux. Cette bibliotheque fonctionne de façon simple. Des personnes partagent en toute confiance leur livres. Le tout est né de la volonté de partage gratuit de la « connaissance »

Le plan initial des organisateurs était de « réparer » le terrain qui avait été labourré suite aux fouilles archeologiques. Il semble en effet que le fait de retourner la terre avait rendu la plantation impossible.

Avec l’aide de quelques personnes, les organisateurs ont reussi à poser du fumier sur la zone infertile et crée ainsi le premier « Jardin Debout »


C’était une soirée pleine d’échanges.

Beaucoup de choses ont été écrites sur ces rassemblements, mais le mieux pour comprendre, c’est d’aller voir. Une personne de l’organisation nous a confié avoir appris que des rumeurs circulaient dans le quartier des Vaîtes. Des voisins avaient été conseillés de tout fermer, voir de se barricader car les « gens des Nuit Debout » allaient tout casser.

Nous avons suivi ce mouvement depuis le début et ce que nous pouvons dire, sans aucun doute, c’est que pour la premiere fois on a vu des gens bienveillants se rassembler pour échanger des idées, certes, parfois idéalistes, mais en tout cas, des idées pour un monde meilleur. Il suffirait de les rencontrer une seule fois pour comprendre leurs idéaux.

Cette dernière Nuit Debout a montré que le mouvement n’est pas prêt de s’éteindre et que leur combat est plus vif que jamais.