4 décembre 2018 Share

Inurar-Nouader Village des Aurès, sur les pas de Germaine Tillion

Rencontre avec Claude Cornu
Entretien réalisé par Jean-Jacques Boy à l’occasion de la sortie du livre Inurar-Nouader, Village des Aurès, sur les pas de Germaine Tillion Paru le 1 juillet 2018

Claude Cornu, l’auteur n’avait pas choisi d’avoir 20 ans dans les Aurès et d’y faire la guerre mais, en revêtant l’uniforme des appelés, il s’était juré de ne jamais tuer. Les circonstances l’aidèrent à tenir cet engagement.

À Inurer – Nouader, dans le camp militaire en contre bas du village Chaouï il fut d’abord affecté à des tâches administratives puis après des escapades réitérées dans les jardins pour y rencontrer les plus accessibles des habitants, les enfants, il reçut l’ordre de mettre en oeuvre ce pour quoi ilavait d’abord été sanctionné : S’occuper des enfants en leur faisant l’école.

Ce qui domine dans ce livre c’est la qualité des relations humaines dont témoignent ces photos prises dans un contexte de guerre qui aurait dû engendrer méfiance et contrainte, peur et hostilité, soupçon et dissimulation.

Aucun cliché n’apparaît pris à la dérobée. Tous les sujets sont pris frontalement, regardant sans gêne celui qui les « mitraille », prenant quelquefois la pose ce qui a été indispensable pour les croquis et dessins qui complètent la collection et offrant le plus souvent un large sourire, celui de la confiance.

Quelle confiance lui a été faite par le village pour lui confier précisément ses enfants (90 inscriptions dès le 1er jour de classe !) pour le laisser circuler partout, entrer dans les maisons, participer aux fêtes familiales au risque d’introduire un espion dans leur intimité.