30 juillet 2017 Share

Manifestation à Belfort pour la Palestine

Vendredi 28 Juillet, le Collectif Freedom for Palestine était dans la rue à Belfort pour manifester son indignation contre la situation que vivent les Palestiniens à Jérusalem. Le collectif a suivi le mouvement international déclaré « Jour de Colère » contre la repression des fidèles de la Mosquée Al Aqsa.

Un communiqué du collectif détaille l’action de cette journée

Ce vendredi 28 juillet, le Collectif Freedom for Palestine de Belfort s’est joint aux multiples rassemblements organisés en France en soutient à la Mosquée Al Aqsa de Jérusalem.

Cette journée déclarée Jour de Colère en Palestine a permis à plusieurs collectifs et associations de France (Marseille, Lille, Lyon, Paris, St Étienne, entre autres) d’exprimer encore les raisons de leur colère face à l’occupation sioniste, et plus particulièrement ce jour là, face à la prise de contrôle de la Mosquée Al Aqsa.

L’action à l’initiative du collectif belfortain a rassemblé plus d’une trentaine de militant.e.s qui ont saisi cette nouvelle occasion de manifester leur soutien solide au peuple palestinien, et de rappeler les valeurs fondamentales de leur engagement indéfectible à ses côtés.

Dans son discours public place Corbis, le président du Collectif, Olivier Benamirouche a rappelé en chiffres et en dates les temps forts de l’occupation de la Palestine ainsi que les nombreuses violations des droits humains non sanctionnés par la Communauté Internationale dont elle est le théâtre.

Les événements qui se déroulent depuis le début de l’été, ont pris une plus grande ampleur depuis le 14 juillet et ont connu leur apogée le 21 juillet sont à l’origine de ce Jour de Colère et sont un exemple de plus, toujours un exemple de trop de ces violences. Multiples arrestations violentes, agressions par l’armée d’occupation israélienne de personnes en prière, l’Esplanade des Mosquée de Jérusalem dont l’accès avait été restreint par des portiques détecteurs de métaux a encore vu se perpétrer des scènes d’oppression et d’humiliation intolérables.

Si Israël s’était vu contraint dès le week-end dernier de reculer et de lever ces restrictions, les manifestations prévues sont restées d’actualité, d’une part, toujours en soutien aux nombreuses victimes de ces dernières journées de violence et également pour rappeler l’ensemble des restrictions (en électricité par exemple) mises en place cet été ainsi que leurs conséquences désastreuses sur la vie quotidienne et la santé du peuple gazaoui et palestinien dans son ensemble.

Nous pouvons ajouter à cela que vendredi 28 juillet Libération annonçait de probables nouveaux affrontements suite à la décision d’interdire l’accès de la mosquée Al Aqsa aux hommes de moins de 50 ans. Dans le même temps, le 25 juillet, Amnesty International condamnait les agissements « impitoyables » des forces d’occupation israéliennes lors de « descentes violentes » dans l’hôpital Al Makassed de Jérusalem-Est et en Cisjordanie les 17 et 21 juillet.

Ce Jour de Colère a donné l’occasion à des dizaines de militant.e.s de se rassembler à travers la France pour exprimer publiquement et pacifiquement cette colère légitime, continuer à informer le grand public d’actes graves, violents et non sanctionnés, porter au jour les conséquences de ces sanctions non appliquées par leur présence sur les places de plusieurs villes et par des discours clairs permettant de sortir des amalgames et autres raccourcis trop simplistes et rapides.

Le Collectif Freedom for Palestine organise régulièrement des actions de soutien au peuple palestinien permettant d’informer et de collecter des fonds pour financer des projets humanitaires et de développement par la vente de produits artisanaux et locaux fabriqués en Palestine et issus de l’agriculture palestinienne (dattes, huile d’olive)

Ces actions sont aussi l’occasion de rappeler tant à la population belfortaine et montbéliardaise qu’aux autorités internationales les conséquences des actes quotidiens (achat de certaines marques) et des décisions officielles sur la vie en Palestine. La campagne BDS, boycott, désinvestissement, sanctions explique l’utilité du boycott des produits issus des territoires illégalement occupés, qui participent à financer la politique destructrice israélienne (Coca Cola, Caterpillar etc) Concernant les sanctions, le Collectif interpelle régulièrement les institutions étatiques juridiques onusiennes sportives en sollicitant des sanctions à l’égard d’Israël, par exemple. Toutes les actions allant dans ce sens sont mises en oeuvre dans l’espoir de revenir à la paix et la liberté pour le peuple de Palestine. Freedom for Palestine.

Vanessa-Jade Parisot pour le Collectif Freedom for Palestine

NR: Une vidéo de l’événement sera publiée sous peu.

Pour aller plus loin

Facebook du collectif: https://www.facebook.com/Collectif-Freedom-For-Palestine-301869403327858

Facebook du président du collectif : https://www.facebook.com/abdou.enmoderesistance?fref=mentions