9 février 2017 Share

Actualités du 09 février 2017

LE MAG INFOS

Max Paul, étudiant en gréve de la faim (00’49)

Gréve de la faim pour cet étudiant en sociologie dans le but de dénoncer les conditions d’études à la fac des lettres et des sciences humaines de Besançon. Il rappelle que les conditions étudiantes compliquées ne datent pas d’hier et vous invite à discuter avec lui à l’Arsenal (rue Mégévand).

Manifestation contre  » le délit de solidarité  » (3’45)

Plus de 350 organisations organisent partout en France des rassemblements pour en finir avec le « délit de solidarité ». Des militants associatifs qui ne font que venir en aide à des personnes en situation difficile se retrouvent aujourd’hui face à la justice sous prétexte de « troubles à l’ordre public ». On assiste à une recrudescence de poursuites visant à empêcher l’expression de la solidarité envers migrants, réfugiés, Roms ou sans-papiers. Parfois même le simple fait d’avoir voulu être témoin peut conduire à une arrestation, sous couvert de rébellion ou de violences à agent. Le collectif SOLidarité-MIgrants-REfugiés en lien avec l’appel national « Délinquants Solidaires » se rassemble ce vendredi 10 février à 17h30 devant le tribunal de grande instance à Besançon.

 

LA REVUE DE PRESSE

Aulnay-sous-bois (5’32)

Cinq jeunes majeurs étaient jugés mercredi soir à Bobigny, après les soulèvements d’Aulnay-sous-Bois liés au viol de Théo. La justice  leur reproche un « délit d’embuscade en réunion ». Autrement dit de s’être rendus dans un lieu, en vue de commettre des violences. Ils ont été lourdement condamnés, contrairement aux policiers responsables de l’agression de Théo.

 

Surveiller et punir, énième loi (5’58)

Le Parlement examine du 7 au 9 février, en procédure accélérée, le « projet de loi relatif à la sécurité publique n°263 »  déjà amendé par le Sénat. Le texte prévoit de protéger davantage les policiers en situation dite de légitime défense, mais il élargit aussi la notion et comporte d’autres dispositions inquiétantes. La loi prévoit ainsi de doubler les peines pour outrage aux forces de l’ordre, rébellion et refus d’obtempérer. La loi autoriserait l’anonymat des enquêteurs dans les procédures les plus graves. La nouvelle loi prévoit aussi un cadrage de la « filière privée » de vigiles armés.

 

Un agriculteur du net devant la justice (6’49)

Le célèbre agriculteur des Landes qui chassait des militants de la Ligue de Protection des Oiseaux, en slip et avec une pelle et dont la photo avait fait le tour d’internet est jugé aujourd’hui à Dax pour violences et braconnage, ainsi qu’une partie de sa famille.

 

Brexit (7’09)

Les députés britanniques ont approuvé hier soir, l’enclenchement du processus du Brexit. Le projet de loi, soumis au Parlement après que le gouvernement y a été contraint par la Cour suprême en janvier, doit maintenant être examiné par la chambre des Lords.

 

Le peuple roumain continue de se mobiliser (7’30)

Depuis le retrait, dimanche, de l’ordonnance qui visait à dépénaliser certains faits de corruption, promulguée il y a une semaine par le gouvernement roumain, le nombre de manifestants a encore grossi. À Bucarest et dans une soixantaine de villes du pays, ils sont des centaines de milliers à se rassembler tous les soirs pour protester.

 

Vaccins (8’09)

Le Conseil d’État a imposé mercredi 8 février au gouvernement de rendre disponible un vaccin protégeant uniquement contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Aujourd’hui, le seul vaccin accessible en pharmacie protège contre d’autres maladies pour lesquelles la vaccination est recommandée et non obligatoire.

 

Jean Messiha, immigré sans le savoir (8’31)

L’équipe de la rubrique « Désintox » de Libération a appris à Jean Messiha, coordinateur du projet présidentiel de Marine Le Pen, qu’il était un immigré. Une nouvelle qui a « choqué » l’intéressé. Après une discussion téléphonique avec le dirigeant FN, ils expliquent « Nous parlions de l’objectif du FN de limiter le solde migratoire. Nous lui avons demandé : “De quel solde parlez vous ? S’agit-il des immigrés ou des étrangers ?” Il a répondu : “On parle d’étrangers, mais c’est la même chose. Je ne comprends pas votre question” ». Jean Messiha semble tout simplement ignorer la définition du mot « immigré » : « une personne née étrangère à l’étranger et résidant en France. Même si elle est devenue française ». Il n’y a donc pas d’opposition à être immigré et français. Une chose que Jean Messiha, qui se définit comme un « Français de souche par naturalisation », semble ne pas comprendre. « Moi je suis né à l’étranger. J’ai été naturalisé à 20 ans. Je suis français ! », aurait-il affirmé à Libé. Le quotidien lui a alors rappelé que, selon la définition de l’Insee, « vous êtes un immigré, monsieur ». Il a répondu : “ Je suis choqué !” », raconte le quotidien. Depuis, Jean Messiha  a bloqué le compte de  Libération sur Twitter.

 

Sources : Libération, Médiapart, La Feuille de Choux, Arrêt sur Images

 

L’AGENDA CULTUREL

Songes et métamorphoses (10’58)

Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare revu par Guillaume Vincent, le metteur en scène impliqué dans cette affaire ne pouvait se contenter de l’original. Alors il se (re)penche sur un texte de sa composition. Sur le plateau d’abord des enfants issus du théâtre amateur puis changement de décors pour laisser place à un Mr Puck en costume à paillettes capable de passer d’un tableau à l’autre sans aucune difficulté et à deux comédiennes-chanteuses qui s’en remettent à Purcell et Britten. Jeudi 9 à 19h00 et vendredi 10 à 19h00 au CDN (avenue Edouard Droz – Esplanade Jean-Luc Lagarce)

 

Concert de Tété et de Leeroy (11’37)

Tété c’est le compositeur imparable – et incomparable – dès qu’il s’agit d’insuffler à la chanson française des rythmes soutenus par la musique noire américaine. Quant à Leeroy c’est un atypique écriveur de chansons, « vagabondant entre l’absurde et le presque réel”, comme il se définit lui-même. Ce jeudi 9 février 2017 à 20 : 30, à la Rodia (4, avenue Chardonnet). Organisé par Le Bruit Qui Pense.

 

Cinéma (12’01)

Le Grand Jeu, ce soir, à 20 : 30 au FJT “ Les Oiseaux ” (48, rue des Cras), gratuit. Un film de Nicolas Pariser avec Melvil Poupaud et André Dussolier. Pierre Blum, un écrivain de quarante ans qui a connu son heure de gloire au début des années 2000, rencontre, un soir, sur la terrasse d’un casino, un homme mystérieux, Joseph Paskin. Influent dans le monde politique, charismatique, manipulateur, il passe bientôt à Pierre une commande étrange qui le replongera dans un passé qu’il aurait préféré oublier et mettra sa vie en danger. Au milieu de ce tumulte, Pierre tombe amoureux de Laura, une jeune militante d’extrême gauche; mais dans un monde où tout semble à double fond, à qui peut-on se fier ?