13 janvier 2019
Rédaction Radio BIP (266 articles)
Share

Un correspondant de presse porte plainte contre la BAC à Besançon

Samedi, 12 janvier, la manifestation des Gilets Jaunes (l’acte 9) a été, à nouveau, entachée de violences. Cette fois-ci, un correspondant de presse de Factuel.info, média indépendant à Besançon, s’est trouvé deux fois dans des situations plutôt « délicates » et franchement incroyables et choquantes, qui l’on déterminé à porter plainte contre la Brigade Anti Criminalité de Besançon.

Témoignage

Le samedi 12 janvier 2019, j’étais présent lors de la manifestation dite des « gilets jaunes » à Besançon en tant que « correspondant de presse » pour le journal « Factuel.info » sous le pseudonyme « Toufik de Planoise. » Du point de rassemblement place de la Révolution jusqu’aux moments de heurts à partir du secteur Préfecture/Chamars, j’ai été amené à « couvrir » ces événements chaque samedi depuis la première édition locale du 8 décembre 2018 sans exception. Je dispose à cette fin et en permanence de ma carte dédiée, ainsi que d’un gilet jaune floqué du mot « média. »

Vers 17h10, alors que le cortège prenait le pont de Bregille pour accéder à l’avenue d’Helvétie, un attroupement plus marginal et inexpliqué s’est formé à l’entrée du parking Saint-Paul logé entre l’avenue Cusenier et la rivière du Doubs. Jusque là, aucun dérapage n’était à signaler le long du parcours. Je me suis donc rendu sur le site avec mon cousin afin de déterminer quelle était l’origine de cette situation. Arrivé à la moitié du parking en marchant de manière vive avec lui, j’ai alors compris que des membres de la Brigade Anti-Criminalité (B.A.C.) étaient verbalement pris à partie en voyant ces derniers reculer face à la foule se formant et les invitant à quitter les lieux. Alors même qu’essayais d’analyser l’ensemble en quelques secondes, les fonctionnaires en question, à une dizaine de mètres environ, décident de s’en prendre à moi.

Convergeant en ma direction afin de m’encercler sans raison, j’ai alors commencer à filmer avec un petit appareil tenu dans ma main droite. Dans l’archive, on y entend : un policier indistinct dire à ses collègues – « reculez » -, avant que peut-être le même, approchant rapidement en face de moi, chauve avec un bonnet, n’ordonne – « Guardado, tu recule » -, rejoins par un autre, sur le côté, et cagoulé, disant juste – « Monsieur » -, puis qu’un énième, hors-champs et casqué mais reconnaissable, ne déclare – « Toufik de Planoise casse toi. » – Alors que je déclinais mon statut – « je suis journaliste » – l’uniforme chauve à bonnet intercepte ma main et interrompt la vidéo. Le casqué finira par me saisir au niveau du thorax et me bousculer, à quoi j’ai réagit – « c’est facile de venir faire les gros bras là, mais vous feriez moins les malins au milieu du cortège » – ; ce à quoi il a répondu – « t’inquiètes pas on va voir ça quand le rapport de force changera ». Plusieurs témoins directs peuvent attester de cette scène, et ont même produit des éléments pour certains. (voir vidéo en fin d’article)

Ces actes, loin d’être anodins mais auxquels j’envisageais d’opposer une simple main courante, précédent d’autres bien plus préoccupants. Vers 19h00, alors que la manifestation était ciblée par un ordre de dispersion depuis le secteur Chamars/Préfecture vers 18h15, une centaine d’individu a poursuivi la mobilisation parvenant à la gare de Besançon-Viotte. Continuant en direction des Chaprais et voyant la tournure dangereuse que les événements prenaient, mon cousin et moi avons décider de garder de la distance et de nous détacher du reste du cortège.

Nous avons emprunté la petite rue Garbiladi jugée sure afin d’atteindre la rue de Belfort en attendant un apaisement des choses, pensant alors les « affrontements » localisés au niveau des rues Jeanenney et Rolland. Vers 19h10, alors que nous étions bien rue de Belfort devant « la Crèmerie de Besançon – Rigotte », seuls, très éloignés de tout autre groupe, et toujours très facilement reconnaissables notamment par mon gilet « média », la même section de la Brigade Anti-Criminalité (B.A.C.) s’est déployée derrière nous, à environ quinze mètres, où des membres non-identifiés on crié « Toufik t’es mort, on t’as cramé, cours où ce sera la tête » avant qu’une salve d’une dizaine de tirs de flash-ball ne soient effectuée.
Ils nous visaient bien sur précisément, plusieurs balles m’ayant frôlées aux épaules. Inutile de préciser que nous ne représentions absolument aucune menace et que j’étais au moins pour ma part nommément identifié à fortiori en visuel de ma qualité puisque de dos. Nous avons donc pris expressément par la gauche la fameuse rue du Chasnot, avec quelques autres tirs accompagnés de « cours sale gros » et autres insultes.

Après être resté une dizaine de minutes chez mon cousin, je suis repassé sur place puisque sur mon trajet pour l’arrêt de tramway le plus proche. Au même endroit où cette véritable agression s’est déroulée, une ambulance était stationnée avec des urgentistes sur le départ. Un commerçant n’a pu que confirmer qu’un homme a été « sérieusement blessé à l’arrière de la tête » sans pouvoir en préciser les circonstances exactes.

Je ne peux que dénoncer avec force cette barbarie volontaire et gratuite, à l’encontre d’un observateur qui dérange certains uniformes pas très propres sur eux. Il est amusant de repenser que pas plus tard que ce lundi 7 janvier j’écrivais à Monsieur Étienne Manteaux, Procureur de la République de Besançon, concernant les dérives sécuritaires déjà observées dans ce cadre, « qu’une pléiade de policiers me voue ici une dévotion maladive depuis des années », et qu’en mars 2016 durant le mouvement anti « loi Travail » j’avais été victime d’une agression policière dans les mêmes circonstances, et dont l’issue a été, suspense, le classement sans suites, malgré de multiples éléments. La plainte que je souhaitais déposer ce soir à 20h30 au Commissariat central m’a été, comme en 2016, refusée, cette fois car « je ne respectais pas les horaires de bureau. »

Extrait vidéo de la première situation avec l'intervention de la BAC sur le parking St-Paul

Rédaction Radio BIP

Rédaction Radio BIP