4 mars 2017 Share

6 familles sans abri devant le Kursaal à Besançon

Samedi 04 février, plusieurs familles de réfugiés, se trouvaient devant le Kursaal, soutenues par le collectif “Sol-Mi-Ré” Solidarité Migrants et Réfugiés, alors que le Secours Populaire organisait une “Bourse aux livres”, salle Prudhon.

Suite à la situation de ces familles et au mauvais temps (il pleuvait et il faisait froid) le collectif “Sol-Mi-Ré” a souhaité mettre temporairement les familles à l’abri, avec l’accord du responsable du Secours Populaire à l’intérieur de la salle Prudhon. Malgré son accord, l’administration du Kursaal (que nous n’avons pas pu joindre), n’a pas donne suite à cette demande, et bloqué l’accès. Par la suite, la Bourse aux livres a été tout simplement annulée.

Pourquoi les familles se trouvent dans cette situation ?

Ce sont des familles qui ont fait une demande pour obtenir le statut de réfugié – donc qui ne sont pas déboutées d’asile, mais qui n’ont pas de logement pour l’instant. Les services d’urgence n’ont quand à eux, pas de solution à l’heure ou l’on écrit cet article.

D’après le collectif “Sol-Mi-Ré” la préfecture et les services de la ville se renvoient la balle. Des représentants des services sociaux de la Mairie, sont passés parler avec le collectif, mais aucune solution n’a été trouvée.

Guillaume Meurice au Kursaal au même moment.

En représentation au Kursaal, avec Frédéric Froment et Alex Vizorek, Guillaume Meurice, connu pour ses chroniques “gauchistes”, comme il aime le dire en auto-dérision, a été mis au courant a travers un post sur Facebook par Elsa, une jeune militante pour les droits des migrants. Quelques échanges par SMS plus tard, il annonce qu’il ne tiendra pas son spectacle si la police empêche les familles de s’abriter pendant son show.

Après des discutions avec un représentant de la Mairie et la direction du Kursaal, la production a proposé que le collectif puisse lire un texte au début du spectacle.

La situation actuelle des familles

Pour l’instant, (19h) que 2 familles ont trouvé refuge chez des particuliers qui ont entendu l’appel du collectif.

Plus d’informations à suivre …