19 janvier 2020
Emma Audrey (107 articles)
Share

Municipales: Opacité et tromperie, pour l’opposition, sur les statistiques des résultats

Une circulaire signée par le ministre de l’Intérieur, vient semer le trouble dans les élections municipales du mois de mars. Par une circulaire du mois de décembre 2019, le gouvernement a décidé de demander aux préfets d’attribuer « de manière discrétionnaire » une nuance politique « à chaque liste candidate ainsi qu’à chaque candidat de chaque liste seulement dans les communes de 9.000 habitants et plus ».

Pour l’association des maires de France (AMF) cette décision, est une bonne décision. C’était leur demande depuis quelque temps mais cela concernait seulement les communes de moins de 3500 habitats. “Nous avions demandé à ce qu’on s’arrête aux villes de moins de 3500 habitants. Là, ils sont allés un peu plus loin que ce qu’on demandait, mais on s’en félicite, notamment pour les maires ruraux”, fait-on savoir auprès du HuffPost au plus niveau de l’AMF.

Car si cette circulaire arrive à 3 mois de l’échéance électorale, cela ne semble pas anodin pour les partis de l’opposition. La droite le dénonce, car cela permettrais à ne pas comptabiliser dans les résultats nationaux des différents partis, au soir des élections qui s’annoncent difficiles pour La République en Marche. C’est ainsi plus de 96% des communes qui sont concernées ce qui représente la moitié du corps électoral.

Consulter la circulaire

La circulaire précise que l’étiquette LVDC (centre) a vocation à être attribuée « aux listes de candidats qui, sans être officiellement investies par LREM ou le MoDem, ni par l’UDI, seront soutenues par ces mouvements »

La droite dénonce un scandale et attaque en justice cette décision

Le président du parti Les Républicains, Christian Jacob dénonce un véritable scandale. Sur le plateau de CNews il expliquait combien c’était un scandale de « changer les règles de l’évaluation des résultats, 2 mois avant les élections municipales. De se concentrer uniquement sur la France des villes. Seule la France des villes représente un intérêt pour le président de la République. En dessous ça n’a pas d’importance, surtout, on veut pas regarder de trop près »

Pour Olivier Faure du PS, le gouvernement se lance dans du « fake news »

LREM conseille à certains candidats de ne pas annoncer leur appartenance au parti

Cela intervient juste après que LREM ait conseillé à ses candidats de ne pas afficher son propre logo. On retrouve ce conseil dans un guide de 134 pages crée par le parti. Page 82, il est écrit que dans “une commune (où) La République en Marche sous-performe, il pourrait être préférable de faire campagne sur une étiquette de rassemblement / société civile.”  France 2 est allé suivre un candidat sans étiquette et la réaction des électeurs est évidement, sans équivoque.

 

Pour retrouver l’ensemble des candidats « sans étiquette » mais qui sont investis par LREM, une carte interactive (et participative, les créateurs permettent à tous ceux qui ont eu vent d’un candidat qui serait investi par LREM mais qui se présente sans étiquette, de l’inscrire par le biais de ce formulaire: https://forms.gle/pzxvtMFjjdzYoPnR9)

A Besançon, Alexandra Cordier y est présentée comme « candidate dissidente LREM »

La carte interactive est consultable à cette adresse: https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?mid=1jZx-vCMTIvDgvBSV_vwMtYdyUw9ee1xh&hl=fr&ll=43.91579631959087%2C4.839977999999974&z=8&fbclid=IwAR1_92XrfrEgnjBvcSpPJ0XK9IJhK8eSYwfZRHdOJ7G3lwzXAujQGe5ik7Q

Emma Audrey

Emma Audrey

- Journaliste grand reporter.