Share

Chroniques terriennes #2 et #3

Apparemment notre système de production capitaliste serait en train de détruire la planète, ou tout du moins
de nous la rendre plutôt hostile. Au lieu d’expliquer les dégâts causés par les Monsanto, Sofiprotéol-Avril et
consorts, l’idée ici c’est d’aller voir du côté de ce qui fonctionne, d’aller rencontrer des personnes, des
associations, qui font de vrais trucs concrets pour l’écologie, l’environnement, par leur manière de vivre,
travailler, ou par leur lutte.

Histoire de se donner un peu de courage et de se dire que oui, on peut encore bifurquer, et qu’en plus ça peut
être chouette. Pour reprendre un slogan connu : changeons le système, pas le climat ! Chronique mensuelle.

Claire Arnoux.

Avec le Ring Théâtre, à la rencontre de paysans de la Confédération Paysanne

Un aviateur, tu sais ce que c’est ?
SHEN TE : Oui, des aviateurs, j’en ai vu dans une maison de thé.
SUN : Non, tu n’en as pas vu.Peut-être quelques imbéciles vaniteux avec
des casques de cuir, des gars qui n’ont pas d’oreille pour les moteurs ni le
sens d’une machine. Ça se retrouve dans un zinc, parce que ça peut
graisser la patte au chef de hangar. (…) Moi je suis un aviateur. Et
pourtant je suis le plus grand des imbécile, car à l’école de Pékin j’ai lu
tous les livres sur l’aviation, mais il y a une page d’un livre que je n’ai pas
lue et sur cette page il était écrit qu’on avait plus besoin d’aviateurs.

Bertolt Brecht, La Bonne âme du Se-Tchouan

Le point de départ de ces deux émissions avec des paysans de la Confédération Paysanne est un peu
lointain. Lors d’une séance d’improvisation, un soir de juin, le comédien du Ring Théâtre Cantor
Bourdeaux transforme le personnage de Sun, aviateur suicidaire, en Lenny, paysan suicidaire. Cette
séance d’improvisation prend place dans un travail de création d’une pièce adaptée de l’univers de
Brecht, menée par le Ring Théâtre, compagnie basée entre Besançon, Montpellier et Paris.

Mais voilà, les comédiens du Ring Théâtre ne sont pas paysans, et pour étoffer l’intrigue et le
personnage de Lenny, il y a besoin de matière. En passant par les réseaux de la Confédération
Paysanne, deux rendez-vous sont pris. Ces deux rencontres ont donné lieu à deux émissions. La
première avec Denis Narbey, producteur de lait bio aux Plains-et-Grands-Essarts, la deuxième avec
Vincent Lavocat, maraîcher bio à Sancey, aux Jardins de la Baume.

Deux rencontres
passionnantes avec de fortes personnalités dont le militantisme se confond avec le travail et le mode
de vie. émissions enregistrées le 14 et le 16 juillet 2016.

A relever, lors de ces rencontres, Denis et Vincent ont tous les deux parlé de l’association Terre de
liens, comme étant essentielle aujourd’hui au développement d’une agriculture paysanne.

Pour ceux
qui souhaiteraient s’engager en faveur d’une agriculture paysanne, deux pistes possibles :

Terre de liens
Les Amis de la Confédération Paysanne