24 mai 2017 Share

Actualités du 24 mai 2017

LA REVUE DE PRESSE

Réforme du code du travail (00’32)

Emmanuel Macron a reçu mardi les organisations syndicales et patronales, qui espèrent lever un coin de voile sur la réforme du code du travail voulue par le président, moins d’un an après l’épisode de la loi El Khomri et de son long conflit social.On entend Philippe Martinez, Secrétaire Général de la CGT et Laurent Berger Secrétaire général de la CFDT. Emmanuel Macron, qui veut donc réformer le code du travail par ordonnances, a précisé son calendrier. L’Elysée a évoqué une ratification « d’ici la fin de l’été, c’est-à-dire le 21 septembre ».

Législatives (1’55)

Les élections législatives des 11 et 18 juin verront s’affronter un nombre quasi record de prétendants à la députation. En moyenne, 14 candidats rivaliseront dans chaque circonscription. Au total, 7 882 candidats et plus de 42% de femmes participeront à ces élections.

Discriminations (2’16)

Six mois après la création de la loi du 18 novembre 2016 (dite de « modernisation de la justice du XXIe siècle ») , une action de groupe pour discriminations est lancée. C’est une première. En espérant que ce ne soit pas une des dernières. Trente-quatre salariés d’une filiale de Safran affiliés à la CGT ont engagé une action de groupe pour discrimination syndicale. Nouveau en droit français, ce dispositif permet à des personnes lésées dans leur carrière de faire front commun contre leur employeur. Mais les conditions d’application sont si restrictives que les cas ne devraient pas pulluler. Même les associations de lutte contre les discriminations ont largement été exclues du dispositif. Seules celles qui ont été déclarées depuis au moins cinq ans pourront agir. Et encore : seulement sur l’accès à l’emploi. Pas sur le déroulement de carrière. C’est aussi sur la question des discriminations hommes/femmes ainsi que des discriminations ethniques que le dispositif devra faire ses preuves. Et ce n’est pas gagné.

Richard Ferrand épinglé par le Canard (3’16)

C’est une affaire qui tombe très mal pour Emmanuel Macron. Une semaine après la nomination de son premier gouvernement, le ministre de la Cohésion des territoires et compagnon de route de la première heure d’En Marche, Richard Ferrand est épinglé par le Canard enchaîné ce mercredi pour « arrangement familial » à but lucratif. A la clé, un montage immobilier ni illégal, ni préjudiciable au contribuable, mais dont l’opportunisme manifeste laisse place au soupçon de conflit d’intérêts. Une information qui à tout le moins brouille la volonté de « moralisation de la vie publique » que le mouvement macronien a placé au cœur de sa campagne législative et qui fait l’objet du premier projet de loi du quinquennat.

Logement (4’00)

Pour son premier gouvernement, le nouveau président Emmanuel Macron a décidé de se passer de ministère du Logement. Il n’y a pas non plus de secrétariat d’État dédié à la question. C’est le ministère de la « Cohésion des territoires », sous l’égide de Richard Ferrand, qui prendra en charge la compétence. La crise du logement, elle, perdure et évidemment, elle pèse davantage sur les pauvres que sur les riches. En moyenne, près d’un tiers des revenus des ménages modestes sont engloutis dans leur loyer ou le remboursement de leur emprunt immobilier. Pour les plus aisés, cette part constitue 12% du budget familial. La suppression du ministère du Logement dans ce premier gouvernement Macron n’annonce rien de bon. « Nous nous attendons à des expulsions en masse une fois les législatives passées », s’inquiète Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de Droit Au Logement (DAL). Avant l’élection présidentielle, le DAL avait analysé le programme du candidat d’En Marche! en la matière. Macron y appelait notamment à faciliter les expulsions locatives.

L’AGENDA CULTUREL

Sortie de chantier – Clara, Thomas, Camille et les autres… (5’51)

Ce mercredi 24 mai 2017 à 19h00. Restitution d’un projet mené au lycée Pasteur de Besançon autour de la pop française avec des élèves de seconde première et terminale « option musique » et le groupe Clara Yucatan. Un voyage autour des chansons des années 50 à nos jours, de Boris Vian à Camille en passant par Thomas Fersen, mais aussi des compositions originales sur des textes d’Hubert Mounier, Bastien Lallemant et Clara Yucatan. La Rodia (4, Avenue Chardonnet), gratuit.

Exposition : « L’Appel d’Air – Souffle de Vie » par Maxime Lamboley (6’32)

Du vendredi 12 mai 2017 au vendredi 30 juin 2017. Une série d’images en noir et blanc réalisée entre les mois de septembre et de décembre 2016 revenant sous la forme d’un photo-documentaire sur les actions militantes du collectif SOLidarité MIgrant REfugié et sur l’accompagnement de personnes originaires de pays dits « sûrs » et venues demander l’asile à Besançon. Le Tandem (16, Quai Vauban).
Edward Snowden, nom de code : CitizenFour (7’04)

Ce mercredi 24 mai 2017 à 20h30. En 2013, Edward Snowden déclenche l’un des plus grand séismes politiques aux États-Unis en révélant des documents secret-défense de la NSA. Sous le nom le code « CitizenFour », il contacte la documentariste américaine Laura Poitras. Elle part le rejoindre à Hong Kong et réalise en temps réel « CitizenFour », un document historique unique
et un portrait intime d’Edward Snowden. Le Scènacle (6, rue de la Vieille Monnaie).