14 mars 2017 Share

Actualités du 14 mars 2017

LE MAG INFOS

Occupation de la fac rue Megevand (1’36)

Hier soir, ce sont 4 familles dont 3 avec enfants (certains ayant moins d’1 an) qui étaient à la rue.
Aucune solution apportée par la préfecture, des bisontins ont réagi en occupant des locaux de l’Université de Franche-Comté. Et les matelas ont été trouvés hier soir. Le collectif Sol Mi Ré Solidarité Migrants Réfugiés lance un appel à soutien.

Si vous êtes sensibles à la situation des demandeurs d’asile qui sont contraints de vivre et dormir dehors, vous pouvez les rejoindre et les soutenir à la Fac de Lettres, Amphi Petit. L’entrée se situe en face du Bar de l’U. Ils y ont donc dormi cette nuit, la police n’a pas été sollicitée. Ils attendent des nouvelles de la préfecture pour loger ces familles. 17 adultes et 10 enfants de deux mois à 10 ans et trois adolescents espèrent une mise à l’abri décente dès ce soir. Les besoins de ces personnes seront communiqués sur la page Facebook du collectif Besançon Solidarité Réfugiés.

L’association IDOINE recherche des saisonniers (12’46)

Nicole Gasner, est la directrice et fondatrice d’Idoine. Il s’agit d’une association loi 1901 qui a pour vocation d’organiser des sorties et voyages  pour des adultes en situation de handicap. L’association recrute ses saisonnier. Cette année les séjours se dérouleront entre le 15 juillet et le 19 août 2017. Plus de 130 saisonniers, des responsables de séjours et des animateurs-accompagnateurs sont recherchés. Le ou la candidate doit être âgé(e)( de + de 20 ans et de préférence posséder le permis de conduire, avoir une expérience dans l’animation et/ou dans l’éducation spécialisée. Les contrats sont des C.E.E. (Contrat d’Engagement Éducatif ). Sur une période de 2 à 5 semaines vous serez nourris et logés. La rémunération est de 38 € par jour selon le poste. Il n’est pas exigé de diplôme, mais ce qui est déterminant lors du recrutement ce sont, les motivations, les aptitudes à exercer les fonctions tel que l’organisation, l’animation, poser un cadre, vivre en petite collectivité. Un week-end de 3 jours de formation (obligatoire) aura lieu à Besançon les 23, 24, et 25 juin. L’association IDOINE se trouve 15C chemin des Essarts, à Besançon.

Sélection piège à cons ! (15’37)

Cet après-midi a lieu à la faculté de Lettres  le « Salon des Masters », de 17h à 20h où des étudiant.e.s et professeur.e.s vont présenter les nouveaux masters. La sélection a été votée par la direction de l’Université, le syndicat AMEB Solidaires Étudiant-es s’oppose à cette sélection et vous invite à venir vous informer sur la réalité de l’avenir de l’université. Le rendez-vous est lancé à partir de 16h, dans la cour de la Fac de Lettres pour le contre-salon des Masters.

LA REVUE DE PRESSE 

Foulard (16’12)

La Cour de justice européenne donne ce mardi son avis sur la question de savoir qu’il est possible d’interdire le port du foulard islamique au travail, en réponse à deux cas en France et en Belgique. La cour, qui siège à Luxembourg, doit répondre aux interrogations des plus hautes autorités judiciaires françaises et belges, saisies chacune dans leur pays des situations de femmes musulmanes qui estiment avoir été discriminées sur leur lieu de travail en raison de leur religion. In fine, il appartiendra toutefois aux juges français et belges de trancher légalement les litiges en question.

Contrôle au faciès des élèves en sorties scolaires (16’50)

Elise Boscherel, professeure en lycée professionnel à Épinay-sur-Seine, lance un appel à tous les personnels d’éducation contre les discriminations en sorties scolaires qui fait suite à des contrôles au faciès que ses élèves ont subis au retour d’un séjour à Bruxelles.

« Mercredi 1er mars 2017, en revenant d’un séjour scolaire à Bruxelles, trois de mes élèves se sont fait contrôler par des policiers à deux points différents de la gare du Nord. L’un d’eux s’est fait attraper par le bras, fouiller, tutoyer, un autre a dû ouvrir sa valise devant le reste de la classe. Un troisième s’est fait contrôler en sortant tout juste du train, sur le quai. Ce sont donc trois garçons sur les cinq présents qui ont dû se soumettre à un contrôle d’identité. Pourtant, à 20h00, en pleine heure de pointe, nous n’étions évidemment pas les seuls à circuler dans la gare.

Ces contrôles sont sans nul doute liés à leur apparence physique : Ilyas est d’origine marocaine, Mamadou d’origine malienne et Zakaria d’origine comorienne. Ce sont de jeunes garçons qui vivent à Épinay-sur-Seine en Seine-Saint-Denis. Ils représentent donc à eux seuls ce que l’on nomme communément « les jeunes de cité ». Quelles autres raisons pouvaient justifier ces vérifications ?

La réalité que vivent certains de mes élèves est bien différente de la mienne qui suis une professeure blanche, jamais contrôlée, jamais jugée, jamais discriminée en raison de la couleur de ma peau. J’en appelle à tous les personnels d’éducation de porter plainte auprès d’un commissariat étranger à l’affaire ou du procureur de la République, de l’IGPN et, en tout état de cause, auprès du Défenseur des Droits, à chaque fois que nos élèves sont discriminés dans le cadre de sorties scolaires.

Je demande également à ce que soit organisée chaque année, dans les établissements scolaires, une journée de lutte contre le racisme et à ce que des associations de lutte contre les contrôles au faciès interviennent dans les classes. Nos élèves doivent pouvoir porter plainte, ils doivent pouvoir se défendre.

La violence n’est pas que policière. C’est la violence d’une société toute entière qui porte un regard beaucoup trop accusateur sur eux. Cette jeunesse ne demande pourtant qu’à être respectée et considérée.
Parce que l’école est leur dernière protection, je vous propose de relayer cet appel. Voilà qui est fait. »

La Turquie durci la crise diplomatique (19’00)

La Turquie, furieuse de voir ses ministres privés de meetings électoraux en Europe, a encore durci la crise diplomatique, refusant le retour à Ankara de l’ambassadeur néerlandais et accusant la chancelière allemande Angela Merkel de « soutenir le terrorisme ». Les Pays-Bas sont dans le viseur du président turc  Erdogan après leur décision d’empêcher deux ministres turcs de participer sur le sol néerlandais à des meetings en sa faveur avec la diaspora turque, avant un référendum sur le statut présidentiel.

Les costumes de Fillon (19’33)

« Un homme raffiné », au style vestimentaire « sans fausse note » et qui sait « s’habiller en adulte responsable sans tomber dans le piège du conformisme ». Avant les révélations du JDD sur les 48 500 euros de costumes offerts à François Fillon par un « généreux » donateur, la presse ne tarissait pas d’éloges sur la garde-robe du candidat. Mais sans aborder un détail vulgaire : son prix. Parfaitement légale, comme l’estime le candidat ? Ou répréhensible, comme l’avancent de nombreux opposants politiques ? La question des costumes de luxe offerts au candidat François Fillon fait polémique depuis ce week-end. Ce lundi soir, c’est le déontologue de l’Assemblée nationale qui a annoncé s’être saisi de l’affaire pour rechercher s’il y a eu un manquement ou pas au code de déontologie des députés.

Les enfants Fillon auraient « remboursés » leur parents (20’20)

Les deux enfants de François Fillon qu’il a employés successivement comme assistants parlementaires de 2005 à 2007, quand il était sénateur, ont rétrocédé une partie de leurs salaires à leurs parents, a révélé Le Parisien lundi 13 mars. Il s’agit de « remboursement » que Marie et Charles Fillon ont souhaité faire à leurs parents, selon les avocats de la famille. François Fillon est convoqué mercredi devant les juges d’instruction, qui pourraient le mettre en examen.

Macron dans le viseur de la justice (20’50)

Après François Fillon et Marine Le Pen, Emmanuel Macron va-t-il, à son tour, être poursuivi par les juges ? À ce stade, la question est encore prématurée, mais l’association Anticor n’en a pas moins saisi, lundi 13 mars, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique au sujet du patrimoine du candidat à l’élection présidentielle. L’association s’interroge notamment sur l’exactitude et l’exhaustivité de la déclaration de patrimoine du candidat à la présidentielle. Cette polémique entourant le patrimoine d’Emmanuel Macron n’est pas nouvelle. Trois personnalités locales du Grand Est, Paul Mumbach, candidat des Maires en colère, Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté, et Serge Grass, président de l’Union civique des contribuables citoyens, avaient adressé, il y a plusieurs semaines, une lettre au Parquet national financier (PNF) pour lui demander de se saisir de l’affaire.

Sources :  Le Monde, Libé, Mediapart, Le JDD, Le Parisien, Reuters

L’AGENDA CULTUREL

Théâtre : Soubresauts (22’23)

Du mardi 14 mars 2017 au vendredi 17 mars 2017. Mise en scène et scénographie de François Tanguy. Création en Novembre 2016 Au Théâtre National de Bretagne à Rennes (Festival Mettre En Scène). Mardi 14 à 20h, au CDN (Esplanade Jean-Luc Lagarce).

Cinéma : Blockbuster (22’50)

Du mardi 14 mars 2017 au vendredi 17 mars 2017. Performance sur films américains. Blockbuster est un mashup, autrement dit la construction d’une parodie à partir d’extraits de différents films. Voici donc un « grand détournement » sur plus de 1 400 plans de films américains. Mardi 14 à 20h à l’Espace (place de l’Europe).