9 mars 2017 Share

Actualités du 09 mars 2017

LE MAG INFOS

8 mars, la suite (2’05)

Mobilisations, grèves, marches. La Journée internationale des droits des femmes est traditionnellement l’occasion de « faire le point » sur les droits acquis, en France et dans le monde, et sur ceux qui restent à conquérir.

Cette année, une mobilisation sans précédent a eu lieu, coordonnée dans plus de cinquante pays. Partie d’un mouvement de protection du droit à l’avortement en Pologne, la « grève » des femmes s’inspire d’une initiative prise par les Islandaises, en 1975, qui avaient décrété un « jour sans femmes ».

Depuis 15h40, heure à laquelle les femmes ne sont plus payées, si l’on considère les différences salariales persistantes entre les hommes et les femmes, des centaines de personnes se sont rassemblées sur l’esplanade des Droits de l’Homme, face mairie de besancon à l’appel d' »Osez le Féminisme 25″, Amnesty International et le CIDFF (centre d’information sur le droit des femmes et des familles) pour dénoncer les inégalités qui continuent à peser sur les femmes en France.

Une centaine de personnes se sont rassemblées sur l’esplanade des Droits de l’Homme,  à l’appel d’  » Osez le Féminisme 25 « , Amnesty International et le CIDFF (Centre D’information Sur Le Droit Des Femmes Et Des Familles) pour dénoncer les inégalités qui continuent à peser sur les femmes en France. On entend Laura d’OLF 25. Les participantes se sont mises en marche dans les rues de la ville, une marche non mixte, Léa nous explique ce choix de la non mixité qui soulève souvent l’incompréhension. Un 8 mars le poing levé, vous pourrez retrouver les vidéos des interventions sur la page Facebook de Radio BIP.

Nouveaux noms pour les rues de Besançon (7’23)

Grâce aux jeunes communistes du Doubs vous pouvez maintenant vous balader de la place du 8 mars à la Place de l’Abolition du Patriarcat en passant par la rue Olympe de Gouges, la rue George Sand, la rue Marie Curie, la rue Marie-Anne Collot, la rue Louise Michel, la rue Flora Tristan, et la rue Berthe Morisot.

Femmes Kurdes (10’53)

Les femmes kurdes veulent leur indépendance. Elles en remplissent tous les critères (langue, culture, histoire). Elles prônent le partage du pouvoir, un pouvoir antimilitariste fondé sur le dialogue et le droit. C’est sur la base de ces principes qu’ont été créés des assemblées, des académies et des coopératives. Les compétences et les pouvoirs de décision sont partagés à égalité entre les hommes et les femmes. Par leur lutte, les femmes kurdes ont démontré qu’elles étaient résolument tournées vers la paix. Cependant, elles sont conscientes qu’elles doivent lutter encore davantage pour diffuser ce nouveau concept de pouvoir partout où vivent les Kurdes. Une émission spéciale leur a été consacrée sur l’antenne de radio bip à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. On entend un extrait de cette émission en compagnie d’ASEM et LEYLA. Vous pourrez écouter l’intégralité de cette émission sur l’antenne de radio BIP et sa page Facebook, lundi prochain à 20h00.

L’égalité femmes-hommes selon l’Insee (14’38)

L’Insee a présenté hier matin  « Femmes et hommes – L’égalité en question ». Dans sa vue d’ensemble, l’ouvrage fait le point sur le parcours des femmes et des hommes aux différents âges de la vie, et sur les inégalités qui en découlent. Les femmes des générations récentes sont plus diplômées que les hommes et il y a désormais moins de différences entre femmes et hommes sur le marché du travail. Cependant, la monoparentalité, les interruptions d’activité liées aux enfants et le temps partiel concernent toujours davantage les mères que les pères, et les salaires des femmes restent inférieurs. En 2014, 22% des personnes interrogées souscrivent encore au modèle de la femme au foyer, contre 43% en 2002. Pourtant, l’idée d’une « vocation parentale » spécifique aux femmes persiste auprès d’une part signifiante de la population : 1 personne sur 5 pense que « dans l’idéal, les femmes devraient rester à la maison pour élever leurs enfants ». L’ouvrage comprend également une trentaine de fiches thématiques qui présentent, sous des angles divers (revenu salarial, articulation emploi/famille, contraception…), des données essentielles sur les inégalités femmes/hommes. Retrouvez l’ensemble l’ouvrage complet ainsi que l’ensemble des études régionales sur le site insee.fr.

LA REVUE DE PRESSE

Temps de parole (16’00)

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a estimé que le temps de parole et d’antenne de François Fillon était « anormalement élevé » et a demandé aux chaînes de veiller à l’équilibre pour les autres candidats.

Un « oubli » de déclaration qui pourrait coûter cher à Fillon (16’20)

Selon Le Canard Enchaîné, François Fillon a obtenu en 2013 de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière un prêt de 50 000 euros, sans intérêts et non déclaré à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). M. Ladreit de Lacharrière a confirmé avoir accordé ce prêt, sans intérêts, ajoutant qu’il avait été remboursé. « L’oubli » de déclaration de ce prêt « pourrait coûter cher au candidat à la présidentielle », ajoute l’hebdomadaire. Selon le Code général des impôts, tout prêt supérieur à 760 euros doit être déclaré par l’emprunteur. Mais surtout, cet « oubli » de François Fillon est problématique puisque l’information judiciaire vise, entre autres, des manquements de déclaration de l’élu. Or, lorsque le Parquet national financier (PNF) a ouvert une information judiciaire visant François Fillon, il l’a ouverte pour détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recel, trafic d’influence, mais aussi pour manquement aux obligations déclaratives. Et d’après Le Canard Enchaîné, c’est ce prêt non déclaré qui est visé par ce dernier délit.

C’est une déclaration rare (17’20)

Dans une tribune au journal Le Monde, un diplomate français annonce qu’il refusera de servir Marine Le Pen si la dirigeante de l’extrême-droite remporte l’élection présidentielle. Thierry Dana, actuel ambassadeur de France au Japon, accuse Marine Le Pen d’avoir « une vision qui sent le rance ». « La France est généreuse, dit-il, et vous voulez en faire une boutique repliée sur elle-même ». Cette tribune suscite de nombreuses réactions. Les diplomates ont un devoir de réserve et doivent s’en tenir au principe de neutralité.

WikiLeaks dévoile la «boîte à outils» de la CIA pour pirater vos appareils (17’55)

L’organisation de Julian Assange a publié la première partie d’une série de documents dévoilant les techniques et méthodes de la CIA. L’agence est notamment capable de prendre le contrôle de téléviseurs connectés pour filmer ou écouter leurs utilisateurs. Elle dispose également d’un catalogue de failles lui permettant de pirater les téléphones portables.

Sources : Mediapart, Libé, RFI et Le Canard Enchainé

L’AGENDA CULTUREL

« Sensibilisation des jeunes à l’égalité filles-garçons » (19’20)

Ce jeudi 9 mars 2017 de 9h à 17h au Collège CAMUS (100, rue de Vesoul), pour 6 classes d’élèves de 6ème, animée par les associations Léo Lagrange, Solidarité Femmes et le réseau des CIDFF de Franche-Comté.

« Les Simone » de la Compagnie « Va savoir pourquoi » (19’39)

Une conférence hirsute et participative sur le sexisme, qui vient questionner le principe d’égalité hommes-femmes dans notre société, bousculer nos préjugés et s’amuser de l’image de « la vraie femme » et de « l’homme, le vrai ». Ce soir à 20h au Centre Nelson Mandela (13, avenue de l’Île-de-France), un spectacle à partir de 14 ans.

Un dernier hommage à Porfirio Diaz (20’06)